Projet de recherche sur les relations entre le mouvement moderne de la libération animale et l’écologie scientifique et politique

Ivo Rens,

Genève, 8 juin 2018.

 

La réflexion philosophique et politique sur les relations de l’homme et de l’animal ont connu une mutation à la fin du XXème siècle à la suite de la parution de quelques ouvrages fondateurs, à savoir :

 

1.- Richard D. Ryder, (1940-xxxx), philosophe britannique, inventeur du mot “spécisme” en 1970,

Speciesism: The Ethics of Vivisection. Scottish Society for the Prevention of Vivisection. (1974)

 

2.Peter Singer,(1956-xxxx), philosophe australien, Animal Liberation: A New Ethics for our Treatment of Animals, New York Review/Random House, New York, 1975; Cape, London, 1976; Avon, New York, 1977; Paladin, London, 1977; Thorsons, London, 1983. Harper Perennial Modern Classics, New York, 2002. Harper Perennial Modern Classics, New York, 2009.

La Libération animale, traduit de l’anglais par Louise Rousselle et David Olivier, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », (1re éd. Grasset, 1993)

 

3.- Peter Singer, Practical Ethics, 2nd édition, Cambridge University Press, 1993. The first édition appeared in 1979.

 

4.- Tom Regan, (1938-2017), philosophe américain, The Case for Animal Rights, University of California Press (1983, 1985, 2004)

Les Droits des animaux, trad. Enrique Utria, Hermann, 2013

 

5.- Florence Burgat, (1962-xxxx) philosophe française, Animal, mon prochain, Paris, Odile Jacob, 1997.

 

6.- Elisabeth de Fontenay, (1934-xxxx) philosophe française, Le silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998.

 

7.- Ayméric Caron, (1971-xxxx) publiciste français, Antispéciste, Le Seuil, 2016.

 

8.- Corine Pelluchon, (1967-xxxx) philosophe française, Manifeste animaliste. Politiser la cause animale, Alma éditeur, Paris 2017.

 

Dans mon livre Entretiens sur l’écologie, de la science au politique (2017),j’ai consacré un chapitre à la philosophe française Corine Pelluchon qui, dans l’un des ses ouvrages, déclare s’inspirer de l’écologie profonde d’Arne Naess. Il me paraît intéressant de rechercher quels autres représentants contemporains de la protection animale se sont inspirés de l’écologie scientifique ou politique et quelles sont les relations entre les deux mouvances. Et plus intéressant encore d’explorer l’éthique tant théorique que pratique qui les anime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s