La décroissance, quelle décroissance ?

par René Longet

Membre du Conseil de la

Fondation Biosphère et Société

11 octobre 2018

empreinte-écologique

 

Le rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publié ce 8 octobre a relancé le débat sur notre modèle de développement et sur la décroissance, sujet émotionnel s’il en est.

Tout d’abord la réalité des chiffres : une humanité de plus de 7,5 milliards de personnes, auxquelles une publicité omniprésente et le soap-opéra télévisuel quotidien suggèrent fortement que la seule voie du bonheur est notre mode de consommation, qui est tout sauf durable (dans tous les sens du terme). Près de 600 millions de francs sont dépensés chaque année dans le monde pour la publicité commerciale, infiniment plus que pour promouvoir la durabilité. Or les pays développés présentent une empreinte écologique trois fois trop importante par rapport aux ressources disponibles sur la Planète.

L’impact carbone de la Suisse, un levier d’action.
Ainsi en Suisse nous pouvons être légitimement fiers d’avoir réussi le «découplage» entre nos émissions de CO2, restées à peu près stables depuis 25 ans, le PIB (qui a crû durant le même laps de temps de 45%) et la population (+ 25%).

Mais n’oublions pas que l’empreinte carbone, soit les émissions générées hors du territoire national par les biens de consommation que nous importons, est deux fois plus élevée que le CO2 émis depuis la Suisse… les trois grandes causes en étant nos choix en matière de déplacements (voiture, avion), d’habitat (chauffage et équipements) et d’alimentation.

Si on ne prend en compte que les émissions de CO2 sur le territoire national, la Suisse est au 80e rang des pollueurs; si on inclut les émissions que notre consommation génère hors du pays, elle se retrouve propulsée au 14e rang, parmi les plus gros pollueurs carboniques…

Pas de volonté politique de changer le paradigme économique.
Nous savons qu’il faut réduire la pression sur les ressources renouvelables et non-renouvelables, qu’il faut passer d’une économie prédatrice à une économie circulaire – qui considère que tout déchet est une ressource au mauvais endroit. Ainsi, le Sommet mondial du développement durable, tenu à Johannesburg en 2002, avait clairement demandé dans son Plan d’action (§ 14) de « modifier radicalement la façon dont les sociétés produisent et consomment». Mais nous ne le faisons pas.

Le concept économique dominant n’a toujours pas intégré les réalités biophysiques, lacune majeure discutée depuis 50 ans maintenant. Malgré les bonnes résolutions internationales, aucun gouvernement n’a réellement pris le virage de la durabilité, en en faisant la base de sa politique, notamment économique.

On continue à confondre la durabilité avec une protection de l’environnement qui serait tributaire de la performance économique, alors que c’est exactement le contraire : c’est la disponibilité des ressources environnementales qui est la condition de la performance économique ! Ainsi, rien n’arrête la course vers l’abime, puisque personne ne veut changer les conditions-cadres de l’activité économique.

Faut-il pour autant prôner la décroissance, ce terme qui en période d’augmentation des inégalités suggère une réduction des moyens de vivre alors que de nombreuses personnes peinent à boucler leurs fins de mois ? L’élection de Donald Trump est clairement liée aux enjeux de l’emploi et des inégalités, et les perdants de la mondialisation ont besoin d’entendre un discours non pas de décroissance, mais d’un autre développement.

Croître pour pouvoir décroître.
Toutefois, il faut faire décroître, et très fortement, d’un facteur 3, notre prédation des ressources. De celles renouvelables, mais utilisées à l’excès : destruction de la forêt tropicale pour fabriquer des aliments pour l’élevage industriel comme le soja, ou de l’huile de palme – les ingrédients de la malbouffe mondiale si négative pour la santé ; réduction de la biodiversité en raison de la pollution chimique ; surpêche… De celles non renouvelables à échelle humaine, comme les énergies fossiles, les métaux, les sables, le sol…

C’est cela qui doit décroître. Mais pour obtenir cette décroissance – celle visée par le Club de Rome déjà en 1972 dans son célèbre et prophétique rapport Halte à la croissance ? – il faut que de nombreuses activités croissent.

Telles que les énergies renouvelables, les économies d’énergie dans les processus industriels et le bâtiment, l’agro-écologie – seule façon de nourrir une humanité en nombre croissant sans détruire les sols, la mobilité durable, la réparabilité et la réparation plutôt que l’obsolescence organisée, le commerce équitable, l’économie sociale et solidaire…

Tout cela étant lié à la création d’emplois et à une garantie de revenu qui permettent de vivre dignement et en donnant du sens. Comme l’écrivait le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) en 2011 : une économie durable «est une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources.»

Pour que la décroissance de notre impact écologique puisse se faire, il faut une croissance des activités à impact environnemental et social positif, assurant un emploi et un revenu décents. Les modèles d’affaire et les techniques sont là, reste à les généraliser, à les rendre obligatoires pendant qu’il est encore temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s